Bannière
« Présence Vendanges » sur le terrain pour Hennessy

« Présence Vendanges » sur le terrain pour Hennessy

Mardi 12 Octobre 2021

Les vendanges tirent à leur fin, sur les 180 hectares du vignoble Hennessy.

Sur les domaines d’Hennessy (180 hectares entre les 5 propriétés de La Bataille à Saint-Preuil, Le Maine des Champs et Douvesse à Bouteville, Touzac et Le Peu à Juillac-le-Coq), les vendanges ont commencé le 21 septembre. « Peut-être que cela peut paraître un peu tôt, mais nous pratiquons beaucoup d’expérimentations avec des cépages précoces et des variétés tolérantes (1 hectare à la Bataille), qui nécessitent des pesées à part et des modalités spécifiques. Les cinq propriétés sont aussi situées sur des communes à terroir différent, comportant des jeunes vignes. Toutes ces conditions exigent qu’on avance peut-être de façon moins classique qu’un vignoble traditionnel, mais nous sommes tout à fait capables de monter en puissance ou au contraire de ralentir si les conditions de récolte ne sont pas optimales », déclare Mathilde Boisseau, directrice Vigne et vin d’Hennessy. D’ailleurs, la cheffe d’exploitation prévoit de ne pas dépasser trois semaines de vendanges, grâce à la dizaine de salariés mobilisés à la récolte dans les vignes. Parmi ceux-ci, des chanceux qui, chaque année, peuvent manier des machines à vendanger dernière génération. « On loue ces MAV, là encore dans un but expérimental. Ces dernières années, on a testé, en conditions normales de récolte, une Ero, une Pellenc, une New Holland… Cette année, nous testons la vendangeuse de Grégoire équipée d’un système de cartographie des rendements. Evidemment, nos chauffeurs ne rechignent pas à cette politique de l’innovation, même si cela leur demande à chaque fois un temps de formation ! », sourit Mathilde Boisseau.

Les clefs d’une bonne récolte dépendent de plusieurs facteurs, selon la directrice : un état sanitaire de la vigne parfait, un suivi du contrôle de maturation, l’équilibre sucre/acidité atteint, un réglage de la machine à vendanger adapté à chaque parcelle…

Au chai, elle recommande toujours un équipement de maîtrise des températures, même si ces vendanges peuvent servir de contre-exemple. Bon réglage du pressurage, décantation systématique pour débarrasser les moûts des herbacées à la vinification

(20 à 30 minutes), suivi des fermentations alcooliques, contrôle analytique tous les 10 jours… le respect de toutes ces conditions ne doit empêcher de toujours devoir « s’adapter » et de rester sur le qui-vive, insiste Mathilde Boisseau. C’est peut-être pour cela qu’Hennessy a officialisé un nouveau service, « Présence Vendanges ». « On pratique cet accompagnement technique depuis plusieurs années à l’égard de nos partenaires viticulteurs, mais jusqu’ici de façon plutôt informelle. Cette année, cet accompagnement est renforcé puisqu’entre les membres du comité de dégustation et les chargés de relations viticoles, plus d’une vingtaine de représentants de la maison sont sur le terrain à la rencontre des viticulteurs pour échanger et répondre aux problématiques plus ou moins immédiates ».

Fabienne Lebon

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière