Bannière
Airmail surfe sur la vague des cocktails et du digital

Airmail surfe sur la vague des cocktails et du digital

Mardi 12 Octobre 2021

A Cognac, Airmail Cocktail a créé une gamme de cocktails prêts à boire. Que la jeune entreprise aux airs de startup commercialise aussi en ligne.

Rhum, jus de citron, miel et vin mousseux, telle est la recette basique du cocktail Airmail, créé il y a plus ou moins un siècle. C’est aussi le nom de la société, née en parallèle de l’agence Konoisseur au 2 rue de la Fontaine à Cognac, spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de cocktails prêts à consommer. Mais la petite histoire ne dit pas qui, des quatre associés d’Airmail Cocktail, l’a choisi comme nom de baptême de leur petite entreprise : les créatifs derrière le bar, Germain Canto et Flavien Faure, ou les créatifs du marketing, Magalie Canto et Guillaume Charrier ? Reste que ledit cocktail ne figure pas (pour l’instant ?) sur la carte de la jeune société, qui en a compté jusqu’à sept différents (deux sont actuellement en rupture de stock). « Germain, qui fourmille de projets, avait déjà depuis longtemps dans l’idée d’amener le cocktail à la maison. Mais pas n’importe quels cocktails, ni n’importe comment », raconte Magalie, l’épouse du barman, avec qui elle a déjà donné naissance à quatre autres bébés : deux petites filles tout d’abord… mais aussi plus accessoirement le bar Louise en centre-ville de Cognac et le bar éphémère Sidecar, présent sur les Quais, l’été ! « Mais pour le faire correctement, poursuit Magalie Canto, on a décidé de créer une vraie marque de cocktails originaux, élaborés et mis en bouteilles à Cognac. Avec le premier confinement, une première version de ce projet est née sous forme d’un soutien local. Les consommateurs nous commandaient des cocktails et venaient les retirer. Mais on s’est dit qu’avec le développement du e-commerce et l’envoi postal par colis (autre clin d’œil direct à Airmail ?), rien de plus facile que de passer du local au national, en s’appuyant sur des partenariats avec des plateformes et des revendeurs en ligne ». Dont acte…

Les recettes sont élaborées par les deux barmen du groupe à partir de produits locaux et de saison. « Pour la recette du « Côte sauvage » (lire en encadré), on s’est, par exemple, approvisionné en melons provenant du Domaine du Tambourinour à Gondeville. Ce qui nous a obligés aussi à respecter le retard de trois semaines de récolte, cet été ». Cette volonté de circuit court s’est prolongée dans le choix « éthique et responsable » de l’emballage auprès des fournisseurs de la Spirits Valley, précise Guillaume Charrier.

Pour le packaging de leur nouvelle marque, les quatre associés ont fait appel à l’agence Linéa, qui a créé une gamme « assez iconique », juge Magalie Canto, en deux formats de 3 et 6 verres. « Nous allons maintenant ajouter à la carte des recettes classiques, comme l’Old Fashioned, etc. » Mais toujours pas de fameux cocktail Airmail en vue !

Fabienne Lebon

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière