Bannière
Cognac intime

Cognac intime

Samedi 06 Fevrier 2021

Un beau livre sur Cognac de Michel Adam (à la plume) et Elisabeth Callède (derrière l’objectif), qui ont sélectionné 100 lieux chargés d'histoire.

Sous-titré avec justesse « Cent lieux - deux regards », le livre Cognac dévoile la cité de François 1er sous tous ses angles. S’il est impossible de lister ici les cent lieux (à contempler au travers de 160 clichés), les deux regards en question sont ceux de Michel Adam (rédacteur) et d’Elisabeth Callède (photographe). « Je dirais que j’ai posé un regard historique sur la ville, quand celui d’Elisabeth était esthétique », commente Michel Adam. A respectivement 76 et 74 ans, Michel Adam et Elisabeth Callède connaissent Cognac comme leur poche.

Le premier (qui vit aujourd’hui à Cherves-Richemont) est déjà l’auteur de Mémoires d’un Cognaçais de cœur et d’action, tandis que la seconde vit à Cognac depuis 50 ans et a l’habitude de l’arpenter au gré des visites historiques, animées par Vincent Bretagnolle, animateur de l’architecture et du patrimoine de la ville.

« Ce sont les éditions niortaises La Geste qui avaient déjà publié mon précédent ouvrage, qui m’ont proposé ce beau projet sur Cognac et j’ai moi-même proposé le nom d’Elisabeth pour réaliser les photographies », raconte Michel Adam. Nous sommes alors en octobre 2019 et tout s’enchaîne. « En juillet 2019, nous avions déjà déterminé nos 100 lieux, en listant les quartiers, puis en les étendant par secteur. Puis, nous avons classé les thèmes : nous sommes partis de 16 thématiques de départ pour les synthétiser en six rubriques… », raconte le duo, qui assure que le résultat final des 240 pages de ce beau livre grand format est la 27e version (!) après leur premier jet.

Si l’un des pièges de cet ouvrage consistait à réduire la ville à son seul produit phare, Michel Adam et Elisabeth Callède ont évité l’écueil. Certes, le cognac est présent à travers ses alambics, son « tolura délateur » sur les murs et ses chais (à noter que les seuls chais colorés de la ville sont ceux de Martell situés rue de la Vigerie et non, ils ne sont pas bleus, mais oranges !). Mais c’est bien la ville en elle-même, son architecture et son côté nature, qui sont les stars de l’ouvrage, préfacé par le maire Morgan Berger et Gérard Jouannet, adjoint à la culture de 2008 à 2020.

Michel Adam s’est quand même amusé à retrouver les seules vignes plantées en centre-ville : soit trois petits rangs, à l’accueil de la maison Camus au 21 de la rue Cagouillet. Sans oublier la présence d’une authentique caburote devant les vignes du Domaine du Bocage.

« Chacun œuvrait de son côté mais on se retrouvait le mercredi après-midi pour faire le point sur les photos et l’avancée du projet », décrit Elisabeth Callède. Quelques-uns de ses clichés font figure de pépites : des blasons des temps anciens aux graffs de la ville moderne. « J’aime zoomer sur des détails : des mascarons, des heurtoirs, des cure-bottes… », confie celle dont on a du mal à croire qu’elle est photographe amateur.

La seule sortie commune d’Elisabeth Callède et Michel Adam pour le livre, ils s’en souviendront longtemps : « On voulait une vue d’un vieux pont en pierre sur la route de Jarnouzeau, et juste au moment de la prise de la photo a eu lieu un lâcher d’eau. Je me suis retrouvé les bottes remplies d’eau ! », préfère en rire Michel Adam. Sans que la jolie photo noir et blanc ne témoigne de cette mésaventure !

De leurs pérégrinations dans la ville, Michel Adam et Elisabeth Callède préfèrent les sorties nature. Amoureux de la vallée de l’Antenne (il préside l’association Antenne Nature Loisirs Patrimoine de Cherves-Richemont), Michel Adam aime se perdre sur le chemin de l’Angelier, qui passe par la grotte Marcel Clouet, pour aller admirer au printemps la naissance des fritillaires pintades (tulipes sauvages). Quant à Elisabeth Callède, ses goûts sont plus classiques, préférant les déambulations sur les bords de Charente, entre le pont de Châtenay et le Pont Neuf. Un dernier quartier tout aussi cher à Michel Adam, qui, alors candidat aux municipales de 1983 face à Francis Hardy, avait présenté comme projet phare la restauration du chemin de Saint-Léger à Saint-Jacques, à travers la construction d’une passerelle. « A Cognac, il faut savoir attendre, disait Jean Monnet. Alors, je ne dé-sespère pas qu’un jour, un élu reprenne et concrétise le projet... » L’idée est lancée !

 

Fabienne Lebon

 

Publié par les Editions La Geste - 240 pages - 29,90 euros

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière