Bannière
Covid : année blanche pour Martell

Covid : année blanche pour Martell

Jeudi 05 Novembre 2020

César Giron, PDG de Martell, et Mélina Py, Directrice des opérations, reviennent sur l'exercice de la maison, chahuté par la Covid.

Début septembre, le groupe Pernod Ricard dévoilait les chiffres de l’exercice 2019/2020. Parmi les marques stratégiques internationales du groupe, le cognac Martell affichait l’un des plus forts revers (-20 %), directement imputable à la crise sanitaire. Un chiffre que César Giron, PDG de Martell, a tenu à expliciter, le jeudi 5 novembre, en visioconférence depuis Paris. D’abord, face aux adhérents de l’UVPC (Union des viticulteurs producteurs de cognac) appelés en AG, puis devant la presse régionale. « Oui, on a perdu -20 % l’année dernière, a reconnu le dirigeant. Mais l’année précédente, on avait pris +23 %. Alors, au final, on a perdu une année de croissance. C’est un problème, mais ce n’est pas dramatique ! Cela ne va pas changer notre stratégie d’achat d’eaux-de-vie à la viticulture, qui se décide, par ailleurs, au-delà d’une décennie et qui n’est pas remise en cause pour les années suivantes ». De fait, Martell ne revoit pas sa politique de prix d’achat. « On va augmenter de 1 % », a même annoncé Mélina Py aux livreurs de l’UVPC. De même, « notre ambition en termes de développement durable reste intacte et nous maintenons la prime de 30 euros par hectolitre d’alcool pour les exploitations certifiées HVE cognac », ajoute-t-elle.

Sur les marchés, le bilan comptable de l’année écoulée « ne reflète pas très bien le dynamisme de notre marque sur les marchés », notamment en Chine, où « nous avons réussi à écouler les stocks ». « Ils vont maintenant devoir être reconstitués et nous devrions annoncer très bientôt, de bonnes nouvelles sur le sujet ».

Le marché américain reste aussi actif : « On commence à revenir à la normale. Ces dernières semaines, le panel Nielsen nous annonce +30 % en sorties de caisses », dévoile César Giron.

D’autant que si certains clignotants déclinent, d’autres passent au vert. Certes, le secteur CHR souffre « beaucoup partout dans le monde actuellement », mais « le e-commerce explose, tout comme la consommation ». Preuve de cette confiance qu’affiche Martell : « Nos investissements restent toujours au plus haut niveau, de façon historique », martèle César Giron. Cela se vérifiera encore cette année avec la construction de deux chais supplémentaires sur le site de Lignères, à Rouillac.

Article : Fabienne Lebon

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière