Bannière
Début des vendanges vers le 25 septembre

Début des vendanges vers le 25 septembre

Les vendanges sont prévues dès la fin septembre, selon la première estimation (estivale) de la Station viticole du BNIC.

« Oui, je ne le cache pas, cela va être difficile de tenir le cap des 920 000 hl AP pour assurer les besoins de production de la filière », commente Christophe Véral, le président de l’UGVC et chef de famille viticole au BNIC, trois jours après que la Station viticole ait rendu publique sa première estimation du rendement. Le 22 juillet, elle fixait ce potentiel à environ 100 hL/ha, avec une marge d’incertitude d’environ plus ou 15 hL/ha. Une tendance qui n’étonne pas outre mesure Christophe Véral : « Entre la grêle, le gel, le millerandage, la coulure, la sécheresse, etc., il va inévitablement nous manquer de l’eau-de-vie et certaines exploitations vont se retrouver en difficulté. Je pense à celles qui sont régulièrement frappées par les importants aléas climatiques de ces dernières années. Si l’assurance peut couvrir le coût de revient de l’exploitant, tous ces aléas à répétition menacent quand même le revenu et la pérennité de l’exploitation ».

Est-ce à dire qu’avec cette première prévision de récolte moyenne et cet objectif de 920 000 hl AP à atteindre, le rendement, fixé dans un premier temps fin mai à 11,77 hl AP pourrait être largement revu à la hausse au mois de septembre ? Christophe Véral se garde bien de confirmer ce commentaire : « D’abord, l’an dernier, on était inquiet, mais on a fini par sortir une belle récolte ! Alors, attendons la décision qui sera prise au mois de septembre par l’interprofession. Ce que je peux dire en tant que chef de famille viticole, c’est qu’il va falloir jouer collectif. Plus on va vendre de cognac, plus on va gagner : tous ! collectivement ! Je rappelle toujours que la nature a horreur du vide et que des linéaires vides de cognac seront occupés par d’autres. Le négoce a su prendre ses responsabilités face à la viticulture (notamment quand il contracte sur des hectares même pas encore plantés), la viticulture a aussi la responsabilité d’abonder le négoce. Il faut savoir partager les risques et l’objectif d’une vision de la filière à 15 ans ».

pas d’attaques de parasites

encore recensées à fin juillet

En attendant, fin juillet, le vignoble de cognac essuyait une deuxième canicule. « La sécheresse pourrait limiter le grossissement des baies » alerte précisément la Station viticole du BNIC dans son communiqué du 22 juillet.

Elle nuance toutefois : « Le vignoble est dans un bon état général et, contrairement à l’an passé, n’a pas subi de perte de récolte liée aux parasites ».

Elle situe la date moyenne des vendanges « à la fin septembre ».

« Les prélèvements de grappes commenceront au début véraison, pour des premiers comptes rendus des contrôles de maturation vers la fin du mois d’août », conclut le communiqué.

Article : Fabienne Lebon  > Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Retrouvez en Juin notre guide de l'été
Retrouvez en Juin
notre guide de l'été
La Vie Charantaise
La Vie Charentaise
Abonnement couplage
Bannière